top of page

Notre horloge biologique, comment ça marche ?

Le changement d’heure a été instauré à la suite des chocs pétroliers pour réaliser
des économies d’énergie mais ce changement n’est pas sans conséquences
pour le corps. S’il permet de mieux synchroniser la durée d’ensoleillement avec les activités quotidiennes, le changement d’heure dérègle notre horloge interne.




Mais d’ailleurs c’est quoi l’horloge interne ?


Le principe de l’horloge

L’homme, comme de nombreux êtres vivants, possède sa propre horloge qui gouverne ses rythmes et qui a été localisée au niveau des “noyaux suprVoachiasmatiques de l’hypothalamus”. Chaque cellule de cette horloge, lorsqu’elle est isolée, même en laboratoire, est capable de battre le rythme du temps indépendamment de ses voisines…

Chez l’homme, cette horloge est réglée sur environ 24 heures. On dit qu’elle est circadienne (du latin circa = autour, diem = jour). C’est elle qui gouverne prioritairement l’alternance veille-sommeil, mais pas uniquement. Elle est aussi responsable de l’organisation de très nombreux autres rythmes circadiens :

• la température interne,

• la sécrétion hormonale (hormone de croissance, hormones sexuelles, cortisol, hormones thyroïdiennes, ghréline, leptine…),

• le rythme cardiaque et de la tension artérielle,

• la fréquence respiratoire,

• la fonction rénale,

• la fonction sexuelle.

Synchronisation – désynchronisation de l’horloge biologique

Synchronisation

Les différents rythmes biologiques circadiens ne sont pas indépendants, ils sont liés les uns aux autres par de multiples liens. Lorsque notre vie est régulière, tous les rythmes sont harmonieusement synchronisés : on dit qu’il y a synchronisation des rythmes biologiques.


Désynchronisation

Lorsque les horaires sont décalés (comme lors du passage à l’horaire d’hiver ou d’été, ou comme lors du travail posté et de nuit, ou lors du décalage horaire), tous les rythmes circadiens ne vont pas s’adapter à la même vitesse au nouvel horaire, ils sont alors désynchronisés les uns par rapport aux autres. Cette désynchronisation se traduit par un état de malaise qui perturbe la qualité de la vigilance, du sommeil et la qualité de vie.




Les facteurs qui influencent l’horloge biologique


Deux facteurs importants contribuent à synchroniser fortement l’horloge biologique sur le rythme de 24 heures : le rythme social et la lumière.

Le rythme social

L’influence des activités sociales, le fait d’avoir une montre réglée sur 24 heures, les habitudes alimentaires et le travail jouent leur rôle respectif. L’horloge interne est influencée par exemple par notre activité physique et intellectuelle. Si l’activité est concentrée sur la journée, le sommeil se déclenchera naturellement le soir. Si elle est retardée, le sommeil sera aussi retardé. D’où l’importance des habitudes de vie sur les rythmes de sommeil et d’éveil.

La lumière

La mélatonine

Le deuxième et très puissant facteur de synchronisation est la lumière et, en particulier, la lumière de haute intensité. La lumière passe directement de la rétine à l’horloge biologique par l’intermédiaire du tractus rétinohypothalamique (Fig. 1). Elle fait ainsi sécréter par une glande (la glande pinéale) une hormone (la mélatonine) qui donne le signal du sommeil à l’organisme. Lorsque le jour paraît, cette mélatonine disparaît et l’éveil est plus facile.



Les conséquences d’une horloge interne désynchronisée


Le dérèglement du rythme circadien du corps affecte de nombreuses fonctions.

En plus de la fatigue liée à la moindre qualité ou à l’insuffisance du sommeil, les personnes ayant une horloge biologique déréglée peuvent se sentir somnolentes, nauséeuses, avoir des problèmes de concentration, irritables, voire déprimées.

Il faut aussi être très vigilant à l'exposition prolongée en soirée à la lumière des écrans qui retarde notre endormissement et restreint notre temps de sommeil.



Voici nos conseils pour mieux s’adapter au changement d’heure


Il est possible de s'adapter au passage à l'heure d'hiver en adoptant certains comportements simples :

  • s’exposer à la lumière du jour dès le réveil ;

  • pratiquer une activité physique en première partie de journée (et de préférence à l’extérieur) ;

  • éviter la lumière bleue le soir (c’est-à-dire éteindre les écrans plusieurs heures avant le coucher) ;

  • dormir dans l’obscurité la plus totale ;

  • éviter les excitants (tabac, café, thé et chocolat noir) dès l’après-midi ;

  • réduire la consommation d’alcool (surtout tard le soir).


Il est donc fondamental de prendre soin de son sommeil

et respectez la nature de notre organisme


Pour en savoir plus voici 2 vidéos “c’est pas sorcier” sur l’horloge biologique :



Ref :

D'après Véronique Fabre, chargée de recherche au laboratoire Neurosciences Paris Seine-IBPS (Sorbonne Université/CNRS/Inserm) et membre du groupement de recherche sur le sommeil, a étudié les effets de ce changement pour l’organisme.

Les synchroniseurs de l'horloge biologique –Université Sorbonne




Comentários


bottom of page